Pages

20.8.12

Non, non, rien n'a changé

Voici une chanson qui nous remonte aux années 1970, à vrai dire, à l'année de Grâce 1970. Le monde entier semble touché par les horreurs de la guerre du Viêt-nam, on vient de sortir de la ferme, on entend un type demander une chance à la paix depuis son lit... En France, le son de cloche n'est guère différent; des groupes  et des groupes aparaissent en chantant les horreurs de la guerre et en nous annonçant une réalité altermondialiste.

Bref, this is the age of aquarius. Et nous avons un groupe de jeunes choristes qui surgissent à Asnières-sur-Seine se faisant encourager par ce scénario sombre et triste. À ce stade, Les Poppys, alors que le sang coulait sur les petits écrans avec cet instrument bizarre ne sonnant que du ratatata, nous chante l'amour, la fraternité et la paix, enfin, tout ce qui va à l'encontre d'un monde adulte guerroyeur et violent.

Ce groupe a bien fait carton à l'époque où on disait aux gens de faire l'amour à la place de la guerre. Aujourd'hui, il semble un peu dans l'oubli; même un site non-officiel leur ayant été dédié ne reçoit plus de mise à jour faute de motivation de son animateur ainsi que faute de sources fiables. Cependant, ces deux vidéos nous rappellent que non, rien n'a changé: Les Enfoirés ont repris le tube Non, non, rien a changé en 2006, afin de faire soutenir leur Restos du Coeur, et aussi on décroche une belle surprise de la part de Benoît Poelvoorde dans le film Cowboy.





Emmanuel vient de m'avouer qu'il se frémit complètement après avoir écouté la version chorale. Et moi avec.

Comme disait un autre belge, M. Giedo Custers: "tant que les doigts de ma mais seront différents, je serai cap' d'apprendre".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire