Pages

28.4.10

Qu'est-ce que tu as fait pour l'amour?

J’ai posé cette question à mes élèves du samedi. Et j’ai décidé de répondre à cette question moi-même ; j’imagine que j’ai quelque chose à raconter aussi, parce que comme mes élèves, moi aussi j’ai des sentiments et puis, j’aime bien raconter des histoires.

Pour l’amour, j’ai dépassé les difficultés et ma timidité chronique pour trouver la femme de ma vie et oser demander à son père qu’elle me prête sa main. Et ils ont accepté tous les deux ! Après tout, le 13 août 2004, j’ai dit « oui » devant le Juge, et le 04 septembre 2004, j’ai dit « oui » devant le Curé. Ce jour-là, j’ai fait un maquillage léger, j’ai pris 357 photos, j’ai salué tous mes invités et j’ai eu beaucoup de cors de pied après quelque trois heures trente de salamalecs.

Dans le temps de l’université, tout le monde m’a dit que seul le voyage en France nous permet de bien apprendre le français. Mais un jour, un futur ami français m’a écouté et m’a dit : « mais comment c’est possible : Tu n’as jamais été en France et tu as un très bon accent ? » ma réponse a été simple : « c’est l’amour à la langue française et à mon métier de professeur. » Pour l’amour à la langue française et spécialement à mes élèves, j’ai beaucoup travaillé pour améliorer ma prononciation et j’ai fait aussi beaucoup d’efforts afin d’annuler mes difficultés. Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais voyagé en France et je continue à apprendre un peu tous les jours. Avec ma pratique de francophone et ma pratique d’enseignant ; j’aime échanger des expériences. Je ne fais pas de distinction entre lundi soir ou samedi après-midi, entre l’école publique et privée. Pour l’amour à ma profession, j’ai dédié plus de 50% de ma vie à mes élèves.

Aujourd’hui, beaucoup pensent que, avoir des enfants est une entrave pour la vie personnelle et pour la carrière professionnelle. J’ai annulé cette pensée de ma tête quand j’ai vu pour la première fois mon fils, dans une échographie. Je l’ai aimé tout de suite. Pour l’amour à mon fils, j’ai fait des nuits blanches, j’ai chanté des chansons pour le bercer, j’ai renoncé à des individualités afin de penser au bien de ma famille. Et maintenant, je vais téléphoner à Madame la cigogne pour avoir un second mouflet. Je n’ai pas pu et je ne peux pas gérer des enfants ; mais comme les hippocampes, je peux être aussi gravide ! Si ma femme va être enceinte…

Comme a chanté Piaf : Je ne regrette rien : ni le bien qu’on m’a fait, ni le mal. Comme a conseillé Piaf : aux Jeunes : AIMEZ ! Aux vieux : AIMEZ ! Aux tristes : AIMEZ ! Aux ennemis : AIMEZ !

Et toi, qu’est-ce que tu as fait pour l’amour ? Moi, j’ai écrit une lettre.

Waldemar de Andrade-Júnior

2 commentaires:

  1. Je ne savais pas que vous n'êtes pas allé en France! =O Votre accent est vraiment très bon et vous conaissez même la loi française... Qu'est-ce qu'il faut dire? C'est l'amour! By the way..rs aujourd'hui, malheureusement, je ne peux pas aller au CILC parce que je cherche un emploi xD, alors... bien, au revoir.

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment beaux, j'ai presque ( mais seulemente presque) pleure... (et pardon, j'ai pas des accent au clavier)

    RépondreSupprimer